top of page
  • Photo du rédacteurAMOTO

AMOTO en Road Trip dans les Alpes du 22 au 27 juin 2023

Initialement nous avions mis au programme de notre saison 2023 un retour sur la Vallée de la Maurienne, et prévu de participer au weekend "Hannibal" sur la station des Karellis. L'organisateur de cet évènement n'ayant pas obtenu toutes les autorisations nécessaires , il a malheureusement été contraint d'annuler ce grand rassemblement ...

Cela n'a pas empêché l'un de nos membres, Dominique, de prendre le lead sur l'organisation d'un grand weekend dans les Alpes, et c'est ainsi qu'un groupe de 7 motard(e)s s'est constitué pour participer à ce voyage dans les grands Cols des Alpes.

Vous trouverez ci-dessous le résumé de leur road trip que m'a gentiment adressé Dominique à son retour. Bonne lecture !


"1er Jour : 770 km

Nous étions initialement 7 participants inscrits pour ce road trip dans les Alpes. Hélas Neness ayant rencontré un problème de santé la veille, est dans l’incapacité de piloter. Nous partons à 5 en souhaitant un prompt rétablissement à notre ami.

Le jeudi 22 juin à 7h15 pétante, nous quittons Plémy pour rejoindre notre point de rendez-vous qui est fixé à 9H00, à l’aire de repos de Pouancé, qui est située à 800 m après le rond-point de la chaise (A mi-chemin entre Rennes et Angers sur la D775). Nous commençons à sentir les premières gouttes de pluie à la sortie d’Angers, elles ne nous quitteront plus pour le reste du trajet. Et c’est sous une pluie diluvienne, que nous atteignons l’hôtel B&B de Viriat/Bourg-en-Bresse vers 18H30. Après une bonne douche réparatrice, nous dînerons au Buffalo-Grill situé juste à côté de notre hôtel.

2éme Jour : 315 km

Nous quittons le B&B vers 9h00, sous un soleil radieux, cela réjouit le groupe pour la suite des événements. C'est le début de notre "Road Trip dans les Alpes" au programme du jour, 5 cols à franchir, plus le Mont-Revard. Nous commençons tout d'abord par un arrêt façon détente au bord du lac du Bourget. Puis nous gravissons à partir de Grésy-sur-Aix l’ascension du col de la Clusaz situé à 1186 m d’altitude. Le Mont Revard qui culmine à 1538m, domine Aix-les-Bains et le lac du Bourget. Le belvédère du Mont Revard nous offre un panorama à couper le souffle sur l’ancienne vallée glacière de presque 20 000 ans. L’heure de midi ayant sonné, nous déjeunons au restaurant "Les quatre vallées" installé sur une plateforme rocheuse en bordure du vide, offrant ainsi une vue panoramique à 180° sur Aix-les-Bains et le lac du Bourget.


La route se poursuit et nous voilà déjà au col de Plainpalais et ses 1174m d’altitude. Nous effectuons ensuite une légère descente avant de franchir le col du Frêne établit à 950 m. Après Saint-Pierre-d’Albigny, nous rejoignons la vallée de la Maurienne et prenons la D927 sur notre droite. Le premier grand col de notre périple nous y attend. Le col du Glandon perché à 1924 m d’altitude nous résiste, la petite départementale y est étroite, bosselée, gravillonnée à souhait. Les 20 km de montée sont parfois piégeux, surtout les deux derniers kilomètres, qui atteignent les 11% de dénivelé. Les épingles à cheveux s’enchainent jusqu’au sommet. La photo souvenir de cette belle ascension s’impose et c’est avec joie que nous posons. Le paysage qui nous entoure est verdoyant, il est composé de roches sombres au-delà de 2500 mètres. Dans les prairies pentues du Glandon, le troupeau de 8000 têtes de moutons et de chèvres est à la fête et il se repaît d’herbe bien grasse en faisant chanter ses sonnailles accrochées au cou de quelques bêtes.

Le col de la Croix de Fer situé à seulement 2,5 km, il n’est qu’une formalité et nous atteignons les 2067 m du col en dix minutes. Une nouvelle photo souvenir et nous entamons la descente difficile et raide vers la vallée de la Maurienne.


Une déviation imprévue nous oblige à grimper un col supplémentaire, le sixième de la journée. Enfin le col du Mollard juché à 1630 m est passé, et nous pouvons rejoindre notre gîte situé à Saint-Martin-de-la-Porte. Après une petite grimpette très raide à 1480 m d’altitude, nous atteignons le gîte situé au cœur de la montagne. Gisèle et Jean-Pierre nos hôtes qui sont propriétaires du gîte, nous reçoivent comme des amis, ils sont également motards.


3éme Jour : 290 km

Après une bonne nuit de sommeil et un bon petit déjeuner, nous partons du gîte à 9h00. Le programme du jour, est la montée de 2 cols mythiques du tour de France. En partant du gîte nous croisons un troupeau en transhumance estivale de 1200 à 1300 brebis accompagné de plusieurs bergers, montant dans les alpages.


Nous rejoignons la vallée de la Maurienne, puis direction Lanslebourg-Mont-Cenis à 1400 mètres d’altitude. C’est à partir de ce petit village que commence l’ascension des 33 km du col de l'Iseran. Les choses sérieuses arrivent après le village de Lanslevillard, la pente atteint les 10% par endroit.

A partir de Bonneval-sur-Arc nous passons les 2000 mètres avec une pente moyenne à 8% et 950 m de dénivelé. Les mélèzes ont laissé la place à un désert minéral parsemé de grandes plaques de neige. Nous atteignons le sommet du col de l’Iseran. C’est le géant des Alpes avec ses 2770 mètres d'altitude, il est le plus haut col de France et de toutes les Alpes. Le paysage est grandiose, exceptionnel d’une beauté sauvage, les sommets aux alentours dépassent tous les 3000 mètres d’altitude. Le moment est historique, car aucun de nous n’avait jusqu’alors franchis ce monument de roche. La photo souvenir de l’Iseran restera gravée dans nos mémoires.

Le magnifique lac de barrage du Chevril culminant à 1790 m et qui est situé sur la commune de Tignes, nous invite à un déjeuner sur l’herbe. Après cet interlude, nous filons vers Moutiers.

Le guide que je suis patauge et rame pendant une bonne demi-heure avant de trouver la bonne direction du col de la Madeleine. La montée démarre à Bonneval-la-Léchères sur une distance de 19 kilomètres avec une pente moyenne de 8%. Le col de la Madeleine et, ses 2000 mètres d’altitude reste un col difficile avec des passages à 10% en épingle à cheveux et en mauvais état. Le col de la Madeleine, nous offre un panorama exceptionnel sur les grands sommets du massif du Cheval Noir, du massif des Ecrins, du massif des Grandes Rousses et de la chaîne de Belledonne. Le col de la madeleine a la particularité de relier la vallée de la Tarentaise et la vallée de la Maurienne.


4éme Jour : 242 km

9h00 sonne et nous quittons le gîte. Le programme que j’ai concocté reste assez complet, avec cinq cols à gravir.

Au départ de Saint-Michel-de-Maurienne, nous commençons l’ascension du col du Télégraphe, qui culmine à 1566 mètres d’altitude. Il présente quelques difficultés, notamment avec des passages entre 8 et 9%, toutefois il reste dans la moyenne avec 7,3% de déclinaison sur 11,8 kilomètres. La route est large et régulière, elle grimpe à travers une forêt de conifères et de hêtres. Une photo souvenir et nous continuons notre route en descente, vers le deuxième col de la journée.

Valloire est le point zéro de la montée du col du Galibier. L’ascension s’engage sur 18,2 km, tout d’abord en pente irrégulière de l’ordre de 4 à 6% sur les 10 premiers km. Le hameau de Plan Lâchât donne la mesure des 8 derniers kilomètres. Les lacets et les épingles serrées se succèdent à un rythme soutenu, avec une moyenne de 8,5% jusqu’au sommet du col. Le col du Galibier du haut de ses 2642 mètres est un autre géant des Alpes, puisqu’il est le 4ème col le plus élevé des Alpes française. Le col du Galibier nous offre une splendide vue panoramique sur la Barre des Ecrins et La Meije. Nous n’oublions pas de faire la photo souvenir. La descente vers le col du Lautaret situé à 2058 mètres, ne présente aucune difficulté majeure. Une photo sur le podium des champions, en guise de clin d’œil. Après Briançon, c'est le col de l'échelle perché à 1762 m qui nous accueille. C’est Jean-Pierre notre hôte, qui nous a conseillé de passer par le col de l’échelle. L’idée était excellente, puisque l’ascension était sinueuse et facile, à travers une forêt de mélèzes Mais avant d’atteindre le sommet, nous nous offrons la visite du village Val-des-Près et le pique-nique au bord du torrent Le Claré. Par contre, la descente vers Bardonecchia était assez vertigineuse, avec beaucoup de virages en lacet. Un petit tour par l'Italie et nous voici à l’assaut du col de Mont-Cenis et ses 2083 mètres d’altitude. La partie la plus corsée de l’ascension, se situe au niveau de La Grande Croix avec un dénivelé de 11% sur 4 kilomètres. Avant d’arriver au col, le lac de barrage du Mont-Cenis, nous émerveille par la beauté du site, avec sa vue incomparable du Mont Giusalet et 3312 mètres de hauteur. Le col de Mont-Cenis relie la vallée de la Maurienne au Val de Suse en Italie.


5éme Jour : 568 km

Notre Road trip "Col dans les Alpes" touche à sa fin. En effet ce matin c'est le retour vers nos chaumières en deux étapes. Après un solide petit-déjeuner, nous saluons nos hôtes en les remerciant chaleureusement de l’accueil qu’ils nous ont réservé à notre arrivée. Il est 8h50, quand nous entamons la descente de Saint-Martin-de-la-Porte vers la départementale 1006.

A Saint-Pierre-D’Albigny, Jean-Marc et Mumu, nous quittent pour rejoindre la direction d’Annecy. Nous ne sommes plus que trois, et nous roulons vers Montmélian pour récupérer l’Autoroute A43 direction Lyon. Nous passons Lyon par le Nord, pour éviter le périphérique et sortons 50 km plus loin à La sortie 34 Tarare/Centre. Ensuite nous prendrons le réseau secondaire pour rejoindre l’hôtel restaurant "Le Manguier" situé à Peyrat-de-Bellac pour notre nuit d’étape.


6éme Jour : 443 km

Ce matin, c’est notre dernière étape, nous partons de l’hôtel vers 9h00. Nous reprenons la N147 laissée la veille et continuons vers Poitiers. Il est 12h00 quand, nous arrivons à Brissac-Loire-Aubance. Nous coupons les moteurs et entrons dans le restaurant "L’Aloda" situé juste à côté du parking.

Nous reprenons la route en direction d’Angers. Nous contournons Angers par l’Est et nous retrouvons la voie rapide D775, que nous laisserons à la sortie de Bourgbarré. Nous quittons Sébastien à l’entrée d’Orgères et nous continuons notre chemin jusqu’à Plémy, où nous arrivons vers 17h00.

Pendant notre périple, nous avons franchis 13 cols, dont deux géants, le Galibier et L’Iseran, ainsi que le Mont-Revard, et parcourus 2628 km.

Je remercie tous les participants, pour leur bonne humeur et leur compréhension, et d’avoir adhérés à mon projet de Road Trip dans les Alpes".

85 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page